« Palper l’ineffable ». La langue de Léonor de Récondo. Programme

« Palper l’ineffable »

La langue de Léonor de Récondo

Écrivaine plusieurs fois primée, Léonor de Récondo est aussi violoniste de talent, responsable notamment de l’ensemble baroque L’Yriade. Cette journée d’études, en présence de l’auteure, tentera de cerner les formes d’une écriture dense, incarnée, musicale, à la fois sobre et sensuelle.  Née d’un univers qui entretient un rapport particulier à l’art, au temps, à la mémoire, aux corps, la « langue intime » de Léonor de Récondo fait subtilement vibrer « la chair de l’âme ».

Vendredi 13 mars 2020

École Normale Supérieure

En présence de l’écrivaine

Responsables : Cécile Narjoux (Sorbonne-Université) et Anne-Marie Paillet (ENS-PSL)

Programme

Matin : salle Cavaillès (45, rue d’Ulm)

  • 9h30 : Bruno Thibault, University of Delaware, « Le chant orphelin ou les enjeux de la fiction biographique chez Léonor de Récondo ».
  • 10 h : Antoine Sylvestre de Sacy, élève Ecole des Chartes /ENS, « L’exploitation des infinitifs dans Pietra Viva : étude textométrique ».

Pause

  • 10h 45 : Léo Dekowski, élève ENS, « Caresser l’éternité vive (Pietra viva) ».
  • 11h 15 : Catherine Fromilhague, Sorbonne-Université, « “Le parfum, c’est le ciel qui s’embrase”. Ecrire l’évidence dans quelques romans de Léonor de Récondo ».

Après-midi : salle des Conférences (46, rue d’Ulm)

  • 14h 30 : Cécile Narjoux, Sorbonne-Université, « L’apostrophe dans les récits de Léonor de Récondo : une manière d’“anéantir nos temporalités respectives”».
  • 15h : Sandrine Vaudrey, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, « La prose de Récondo. Une phrase classique moderne ? »

Pause

  • 15h 45 : Bérengère Moricheau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, « Sortir du temps de l’agonie dans Manifesto ».
  • 16h 15 : Anne-Marie Paillet, ENS, « “La chair de l’âme” : figurer l’intime chez Léonor de Récondo ».

Laisser un commentaire