Journée doctorale / atelier doctoral « Style et goût »

Vendredi 20 mars

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5 – Salle Claude Simon

Journée organisée avec le soutien de l’Association Internationale de stylistique

  • 10h – Accueil des participants
  • 10h30 – Florence Pettelat (Université Sorbonne Nouvelle) : « Le Louvre des écrivains ou l’émerveillement esthétique »
  • 11h – Arnaud Wydler (Université Sorbonne Nouvelle – Université de Fribourg) : « Prêcher à la cour au XVIIe siècle en France : contraintes de style et questions de goût »
  • 11h30-12h15 : Discussion
  • 12h30-14h : Déjeuner
  • 14h15 – Benoît Dufau (Sorbonne Université) : « ‘Son goût était dans le dégoût’ : goût, mauvais goût et dégoût chez Tristan Corbière »
  • 14h45 – Ombeline Charrier (Université de Nantes) : « Victor Hugo et le ‘Grand goût’ »
  • 15h15-16h : Discussion
  • 16h-16h45 : Pause café et conclusion

Conçue comme un atelier doctoral, la journée d’études « style et goût » a pour objectif de réunir des doctorants, des docteurs ayant soutenu récemment et des enseignants chercheurs titulaires autour d’un intérêt commun pour la stylistique.

Quel que soit le domaine de recherche, stylistique d’auteur, stylistique de genre, stylistique historique, etc., il s’agira plus particulièrement de proposer une contribution à une réflexion sur l’évolution de la notion de goût. Le goût est décrit à l’époque classique comme « instinct de la droite raison » (Bouhours), il devient symptomatique de l’évolution de l’idée de beau et plus précisément du tournant esthétique qui inaugure, dès l’abbé Dubos, une réflexion empirique sur le goût, en l’éloignant des définitions a priori pour l’orienter vers la réception.  La notion « singulièrement flottante » (Bruneau) au XIXe siècle, où elle sert de « pierre de touche » pour juger des faits de langue et de style est intimement associée à l’idée de style par Barthes au XXe siècle qui insiste sur la dimension paradoxale du goût : « Le plaisir du style, même dans les œuvres d’avant-garde, ne s’obtiendra jamais que par fidélité à certaines préoccupations classiques qui sont l’harmonie, la correction, la simplicité, la beauté, etc., bref les éléments séculaires du goût ».

Cette journée d’études invite à examiner les liens complexes qui se tissent entre les notions de style et de goût. On pourra par exemple s’attacher à :         

  •  la manière dont la notion de goût est réinvestie par les théories successives du style, dans une perspective théorique ;
  • l’institutionnalisation progressive de la notion de goût ou le parallélisme d’évolution des notions de style et le goût, dans une perspective historique ;
  • la singularité du point de vue auctorial sur le goût, dans la perspective d’une stylistique d’auteur ;
  • l’évolution du vocabulaire et le croisement avec la notion de langue littéraire (bon goût, mauvais goût, belle langue, bien écrire, mal écrire…). On invite les doctorants et jeunes docteurs à interroger leur propre corpus avec les différentes perspectives suggérées ou à envisager la manière dont leur propre corpus fait écho à cette notion ou au contraire la refuse.

Organisation

  • Sophie Jollin-Bertocchi, Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines (Université Paris Saclay), AIS
  • Sandrine Vaudrey-Luigi, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, AIS
  • Judith Wulf, Université de Nantes, AIS

Laisser un commentaire