Parutions récentes | Association Internationale de Stylistique

Parutions récentes

Couverture Bernard-Marie Koltes : Portrait d’un dramaturge en écrivain André Petitjean

BERNARD-MARIE KOLTÈS :
PORTRAIT D’UN DRAMATURGE CONTEMPORAIN

André Petitjean

Editions Universitaires de Dijon, collection « Essais », 2019
ISBN 978-2-36441-288-0

PRÉSENTATION

L’originalité du présent ouvrage est de proposer un portrait du dramaturge qui croise une réalité sociologique et une réflexion stylistique. La première décrit la façon dont Koltès aura vécu son métier d’écrivain sur le mode de la « vocation », ce qui ne sera pas sans conséquences sur son mode de vie.La seconde, après avoir donné un aperçu de ses origines familiales, relate son éveil à la littérature et au théâtre et analyse ensuite la genèse puis l’éclosion de son style.

*********************************************************************************************************************************************

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)

 Pratiques 179-180, 2018

 « Poésie et langue : aspects théoriques et didactiques »

sous la direction de Michel Favriaud

Consulter en ligne : https://journals.openedition.org/pratiques/4539

 PRÉSENTATION

Cette livraison renoue avec l’histoire un peu compliquée de la revue Pratiques et de la poésie, jadis au cœur de son projet politique et didactique de rénovation de l’enseignement du français. Mais au fil du temps, les numéros consacrés à la poésie, ou, mieux encore, l’intégrant dans ses problématiques (syntaxe, sémantique, lexicologie, genre, récit, écrit-oral, ponctuation entre autres) étaient devenus rares et de plus en plus pessimistes. Car la poésie, transgenre, trans-régime (linguistique) et peut-être transdisciplinaire, peut opérer, sur la langue et sur l’enseignement, un triple effet, de stimulation, de loupe et de questionnement.

Les poètes et les linguistes renouent ici les fils qu’on avait laissés s’effilocher, malgré les travaux sur la poésie de Saussure, réintégrés dans une leçon moins structuraliste, et ceux mis au jour plus récemment de Benveniste, de Coseriu (sans oublier ceux de Jakobson et Meschonnic) qui nous montrent qu’il y a bien une tradition (indo)européenne et francophone de lien entre poésie et théories de la langue – largement réassurée par Humboldt et Mallarmé au XIXe siècle – qu’il faut faire fructifier, loin d’une théorie de l’écart poétique, qui exclut la poésie de la langue et de la didactique du français.

Les didacticiens de FLM et de FLE (soutenus par les poètes), avec leurs manuels, leurs genres d’activités et leurs gestes professionnels, peuvent-ils rester à la traine, au moment où la psychologie cognitive, les théories de la réception littéraire subjective, de la communication empirique et consumériste et de l’ergonomie du travail semblent occuper tout l’espace scientifique et professionnel, et conduire la main des politiques ? C’est au contraire le bon moment où la poésie, la linguistique et l’écologie de l’apprentissage doivent s’inviter au débat public pour faire en sorte qu’imaginaires singuliers, imaginaires collectifs, configurations littéraires et textuelles d’un côté, et réflexivité raisonnée sur la langue et les œuvres de l’autre épaulent, complètent ou contredisent les précédentes dans « Le Grand Combat » de demain – celui de Michaux et de nous tous – de la lutte contre l’échec scolaire et la marginalisation sociale, et pour l’humanisation démocratique toujours à reconstruire. Demain, à nouveau, la poésie pourra répondre : présente !

SOMMAIRE

 Michel Favriaud – Introduction
 
Entretien avec les linguistes
Michel Favriaud
– Questions aux linguistes d’aujourd’hui sur poésie, langue et didactique
Jean-Michel Adam
– Réponse
Alain Rabatel
 – Réponse
Franck Neveu
– Réponse
François Rastier
– Réponse

Poésie et langue
Les grands linguistes à l’épreuve de la poésie : Saussure, Benveniste, Coseriu, Meschonnic
Christophe Gérard
– Art du langage et linguistique du sens
Régis Missire
– Faire sens et avoir un sens
Arnaud Bernadet
– De l’assemblage à l’ensemble : pour une nouvelle grammaire poétique ?

Des théories linguistiques à l’analyse raisonnée des poèmes/pièces de théâtre, et vice versa
Michèle Monte
– Pour une approche linguistique de la poésie contemporaine : à la rencontre de James Sacré et d’Ariane Dreyfus
Michel Favriaud – Les problèmes de ponctuation générale soulevés par la poésie contemporaine
Françoise Mignon – De quelques formes théâtrales de la poésie

La poésie au croisement des sciences de la langue et du texte, et des sciences cognitives
Marc Dominicy
– Les fondements conceptuels et méthodologiques d’une approche cognitive de la poésie

Poésie et didactique

Des formes institutionnelles aux propositions de rénovation
Judith Émery-Bruneau
– Finalités de l’enseignement de la poésie au secondaire québécois
Isabelle Brun-Lacour
– Nouveaux programmes, nouveaux manuels scolaires : les limites linguistiques du renouvellement didactique dans l’approche de la poésie
Yann Vuillet
– Un poème entre réfractions littéraires et scolaires

Une didactique de l’écoute et de l’écriture
Serge Martin
– Un petit caillou dans la chaussure didactique : le poème
Frédérique Cosnier-Laffage
– Vivre poème en classe : Apollinaire et la dinette rose

La poésie, moteur de l’apprentissage du Français langue étrangère
Olivier Mouginot
– Deux ateliers du poème pour « essayer dire » en français langue étrangère
Jaleh Kahnamouipour et Akbar Abdollahi
– Poésie et didactique de la poésie dans l’enseignement du FLE en Iran

La poésie : interdisciplinarité, métadisciplinarité, milieu
Michel Favriaud et Dan Liu
– Pour une écopoésie de l’apprentissage de la lecture au cycle 2, qui n’oublie pas les élèves en difficulté
Jérôme Cabot
– La poémaïeutique
Sandrine Bédouret-Larraburu et David Bédouret
– Le poème : habiter la métropole parisienne

Entretien avec les poètes

Michel Favriaud – Questions aux poètes
Édith Azam
– Réponse
Françoise Delorme
–  Réponse
Danièle Faugeras
– Réponse
Irène Gayraud
– Réponse
Liliane Giraudon –
Réponse
Marie de Quatrebarbes
– Réponse

 

*********************************************************************************************************************************************

Texte, Fragmentation, Créativité I / Text, Fragmentation, Creativity I

Penser le fragment en linguistique / Studies on a fragment in linguistics

Peter Lang, Collections : Etudes de linguistique, littérature et arts / Studi di Lingua, Letteratura e Arte

Édité par Anna Krzyzanowska et Jolanta Rachwalska Von Rejchwald

Le présent livre propose de réfléchir sur le texte, produit d’une activité discursive susceptible d’être mesurée aux différents niveaux de son architecture – aussi bien à l’échelle de la séquence qu’à l’échelle de l’œuvre entière. Les enjeux de notre recherche s’articulent autour de la fragmentation et du fragment, deux notions pertinentes qui ne sont pas ici appréhendées en tant qu’agent perturbateur, voire destructeur d’un ensemble régi par un ordre canonique ou par une norme, mais comme une invitation à (re)penser les potentialités latentes de la structure.

ISBN :978-3-631-76661-3
DOI : 10.3726/b14606

 

Table des matières

  • Les citations parodiques dans le discours publicitaire : entre fragmentation et réajustement textuel (Marc Bonhomme)
  • La fragmentation de l’identité dans les rituels de présentation : le cas Modiano (Francis Grossmann)
  • L’art de la fragmentation dans la presse écrite (Greta Komur-Thilloy)
  • À propos du statut énonciatif des îlots textuels. Le cas de la non-coïncidence du discours à lui-même (Elżbieta Biardzka)
  • De la traduction fragmentaire à la traduction intégrale dans le cas des sciences humaines (Raluca-Nicoleta Balaţchi / Ionela Arganisciuc)
  • Les îlots enregistrés : facteurs de créativité dans la rédaction d’articles radiophoniques (Bertrand Verine)
  • De l’insertion des exemples dans les textes dissertatifs : une contrainte potentiellement libératrice ? (Françoise Collinet)
  • Dislocation du syntagme nominal et enrichissement du sens de la phrase : L’exemple de la poésie épique latine (Marie-Dominique Joffre)
  • Redorer son blason quelque peu terni. Les manipulations des locutions figées en contexte (Aneta Filipiuk-Kusz / Anna Krzyżanowska)
  • La fragmentation et la circularité comme principes organisateurs de la structure du texte dialogal des forums d’Internet (approche interprétative) (Katarzyna Wołowska)
  • Fonctionnement des notes dans l’oeuvre de fiction (sur l’exemple du roman de Pierre Daninos Les carnets du Major Thompson) (Olga Melnichuk)
  • Fragmentation et traduction : le cas de l’écriture rushdienne (Mariane Utudji)
  • Des comptes rendus de perception dans le cadre de la linguistique appliquée (Fabrice Marsac)
  • Le Maître et Marguerite de M. Boulgakov : original et traductions du culturème toska (Swietłana Niewzorowa)
  • Un langage malhabile et fragmenté : types des détachements linguistiques dans les trois derniers romans de Laurent Mauvignier (Maria Katsantoni)
  • La dislocation droite : entre la syntaxe, la sémantique et la grammaire de texte (Marek Kęsik)
  • L’emploi des temps grammaticaux et des compléments de temps en tant que signes d’une rupture de cohésion (Katarzyna Kwapisz-Osadnik)
  • Rupture temporelle dans le texte en tant que facteur de délimitation des emplois itératifs et sémelfactifs des verbes de mouvement. Analyse pour les besoins de la traduction automatique (Michał Hrabia)
  • La fragmentation de l’orthographe française : le cas de Twitter (Jan Lazar)

*********************************************************************************************************************************************

Pierre-Yves Gallard :
Paradoxes et style paradoxal (L’âge des moralistes)

Cet ouvrage interroge l’affinité entre le paradoxe et la prose des moralistes classiques. Il étudie l’appropriation d’un fait de langue et sa revalorisation en fait de style chez Montaigne, Pascal, La Rochefoucauld et La Bruyère. Il propose une contribution aux études littéraires classiques et aux études linguistiques.

Collection « Investigations stylistiques », n°11,
Sous la direction de Delphine Denis et Anna Jaubert,

Editions Classiques Garnier

Paradoxes et style paradoxal_publicité

*********************************************************************************************************************************************

Approches linguistique et stylistique de l’œuvre de Bernard-Marie Koltès


André Petitjean

Éd. universitaires de Dijon, 2018, 219 pages, 18 €

PRÉSENTATION

Dramaturge important dans le répertoire du théâtre français, Bernard-Marie Koltès est également l’un des auteurs les plus joués à l’étranger. Sa notoriété se mesure aussi au nombre des travaux (thèses, livres, articles) qui lui sont consacrés. L’intérêt du présent ouvrage est de rendre compte, d’un point de vue linguistique, des particularités de l’énonciation dramatique afin de mieux saisir l’originalité du style de Koltès tant au niveau des dialogues que des didascalies. Cette étude tente de cerner sa singularité idiolectale telle qu’elle est perceptible au niveau des contenus de ses œuvres (poétique des lieux, motifs de la violence et du mensonge) comme de leurs modalités énonciatives (du rôle des termes d’adresse aux différents modes de dialogisme).
Si certaines pièces font l’objet d’un traitement particulier (Quai ouest et La Nuit juste avant les forêts), les études s’appuient sur un corpus comprenant la majorité des œuvres dramatiques ainsi que des interventions critiques du dramaturge. Au total, il apparaît que l’actualité du regard que porte Koltès sur l’humanité s’accompagne d’une quête permanente de renouvellement des formes dramatiques.

**********************************************************************************************************************************************************************************

Stylistique et méthode

Quels paliers de pertinence textuelle ?

Couverture

Sous la direction de Michèle Monte, Stéphanie Thonnerieux et Philippe Wahl
376 p. – 15,5 x 24 cm – 24 € – ISBN : 978-2-7297-0935-8 – collection « Textes & Langue »

Comment lire les textes ? Alors qu’on reproche parfois à la stylistique un défaut de réflexion sur ses procédures et ses outils ou un certain atomisme descriptif, cet ouvrage collectif place les méthodes d’analyse textuelle au cœur de sa problématique, en l’ouvrant aux questions de corpus. Il interroge les modes de définition et d’articulation des paliers et des unités d’analyse, en manifestant la dépendance des faits locaux à l’égard de déterminations globales (discours, genre, texte). Sa perspective intégrative apporte un éclairage nouveau sur des objets traditionnels de l’étude stylistique : figure de rhétorique, construction syntaxique, phénomène énonciatif…
Certaines contributions explorent des formes codifiées (paragraphe, chapitre, strophe), d’autres des zones de localité à construire selon un projet herméneutique. Portant sur des corpus variés (du XVIIe au XXIe siècle, du roman à la BD, en passant par le poème ou le discours politique), ces vingt-et-une études, dont certaines intègrent l’apport des outils informatisés, interrogent la valeur des faits de langage en contexte à travers les interactions entre paliers textuels. Elles explorent les rapports entre spatialité du texte et temporalité des parcours de lecture dans la sémiosis verbale. Ce renouvellement des approches stylistiques intéressera aussi bien les linguistes du texte que les spécialistes de littérature.

Table des matières

Bon de commande

**********************************************************************************************************************************************************************************

La Présupposition entre théorisation et mise en discours 

  • Directeurs d’ouvrage: Biglari (Amir), Bonhomme (Marc)
  • Contributeurs: Amossy (Ruth), Anscombre (Jean-Claude), Berthelot-Guiet (Karine), Biglari (Amir), Bonhomme (Marc), Carel (Marion), Deloor (Sandrine), Druetta (Ruggero), Dufiet (Jean-Paul), Everaert (Guy), Everaert-Desmedt (Nicole), Genin (Christophe), Helkkula (Mervi), Jaubert (Anna), Jayez (Jacques), Kerbrat-Orecchioni (Catherine), Moeschler (Jacques), Paissa (Paola), Rabatel (Alain), Raccah (Pierre-Yves), Reinecke (Robert), Roque (Georges), Rossari (Corinne), Sarfati (Georges-Elia), Saussure (Louis de)
  • Nombre de pages: 582
  • ISBN: 978-2-406-06646-0
  • ISSN: 2103-5636
  • Éditeur: Classiques Garnier – Paris
  • Collection / Revue: Rencontres, n° 350
  • Série: Linguistique, n° 3
  • Date de parution: 22/08/2018
  • Année de publication: 2018
  • Langues: Français
  • Mots-clés: Linguistique, analyse du discours, pragmatique, rhétorique, sémiotique, littérature française, théorie littéraire, sciences de l’information et de la communication, sciences politiques, histoire de l’art
**********************************************************************************************************************************************************************************
La Simplicité
Manifestations et enjeux culturels du simple en art
Sous la direction de Sophie Jollin-Bertocchi, Lia Kurts-Wöste,
Anne-Marie Paillet et Claire Stolz
Bibliothèque de Grammaire et de Linguistique No 51.
2017. 542 p., broché, 15,5 × 23,5 cm. ISBN 978-2-7453-3564-7. 85 €
Bon de commande_La Simplicité
*********************************************************************************************************************************************************************************

Traduire en poète

Etudes réunies par Henrot Sostero et Simona Pollicino,

PU Artois, 2017

http://apu.univ-artois.fr/

***************************************************************************************

Métaphore et argumentation

Marc Bonhomme, Anne-Marie Paillet et Philippe Wahl (coord.)

Parution : 10/08/2017
Édition : Academia
Collection : Au cœur des textes
Numéro : 33
ISBN : 978-2-8061-0356-7
Format : 13,5*21,5 cm
Pages : 376
Prix : 36,50 €

La métaphore a fait l’objet de nombreuses publications, mais son exploitation argumentative a suscité peu d’investigations systématiques en dépit de ses enjeux. L’objectif de cet ouvrage est de combler cette lacune en cernant le rôle de la métaphore dans l’argumentation, mais surtout en faisant retour sur la figure elle-même, pour décrire son potentiel argumentatif et la nature de ses manifestations. Ce projet suppose d’affronter l’instabilité conceptuelle des notions de métaphore et d’argumentation, pour mieux saisir leur interaction. L’argumentation métaphorique, parce qu’elle mise moins sur la raison que sur la persuasion, s’expose aux griefs de l’artifice, voire de la manipulation. Mais la composante argumentative de la métaphore, envisagée ici à travers ses ressorts et son rendement discursif, révèle la plasticité et l’efficacité de la figure.
L’ouvrage réunit dix-huit études de spécialistes de rhétorique, de sémantique, d’analyse du discours et de stylistique, portant sur des corpus divers : discours littéraire, philosophique, scientifique, politique, médiatique, proverbial… Il est organisé en trois sections.
L’argumentation métaphorique, d’abord éclairée par une relecture des textes fondateurs de la rhétorique antique, est ensuite soumise à un recadrage théorique rendant compte de ses modes d’actualisation. Enfin, son étude dans des discours variés selon les époques et les genres montre le rôle de l’interprétation pour l’appréhension de ses stratégies d’influence.

******************************************************************************************************************************

Chanson. Du collectif à l’intime

Dir. : Joël July

Ed. : PUP, Aix-en-Provence, octobre 2016

Coll. : Chants Sons

Flyer PUP Chanson Du collectif à l’intime

Nous sommes face à un paradoxe : la chanson, art majeur qui donne, depuis toujours et encore aujourd’hui, tous les gages de la création et de la réception collectives et communautaires, se vit par l’auditeur comme une expérience singulière où l’intime perce à fleur de lèvres. D’un côté un ensemble d’artistes et de techniciens qui se la partage ; de l’autre un public qui la partage et pourtant, l’impression, forcément truquée, que c’est un seul individu qui s’exprime pour un seul individu qui écoute. Cet ouvrage, collectif lui-même, fait le point sur ce paradoxe, l’illustre et l’explique. Il aborde des répertoires divers (rap, chansons à texte, chansons du monde, scènes contemporaines) aussi bien par le biais de l’analyse des textes, de la musique, de la mise en voix et du recours à plusieurs médias.

  • La table des matières

Singulièrement pluriel : présentation du recueil.

Joël July, Université d’Aix-Marseille

 

Partie I : Chanter pour le groupe

Fréhel : de la porte-parole d’un groupe à un effet d’intime.

Audrey Coudevylle-Vue, Université de Valenciennes

La chanson cubaine à l’épreuve de l’expérience révolutionnaire.

Marc Villetelle, Université de Toulouse-Le-Mirail

Le rap peut-il aborder la question de l’intimité ? Les productions du groupe IAM.

Jean-Marie Jacono, Université d’Aix-Marseille

L’introspection collective dans le rap de Chiens de paille.

Giovanni Privitera, Université d’Aix-Marseille

Voix épiques et voix lyriques dans le rap français.

Bettina Ghio, Université Paris III

 

Partie II : L’exhibition textuelle de l’intime

La représentation chantée de l’intime face aux évolutions de la société italienne.

Céline Pruvost, Université d’Amiens

La mort et le deuil au prisme de la chanson.

Cécile Prévost-Thomas, Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Deuil, testament, cortège. La mort par Brassens désamorcée.

Perle Abbrugiati, Université d’Aix-Marseille

Zazie et l’invention de soi : « Si j’étais moi ».

Anne Strasser, Université de Lorraine

 

Partie III : L’exhibition vocale de l’intime

L’intime comme effet de la praxis énonciative.

Martine Groccia, Université Lyon II

Je suis seule, ce soir… un sujet qui se chante.

Joëlle Deniot, Université de Nantes

Barbara, l’influence de la voix sur l’écriture.

Gilles Courtillon, Université Rennes II

 

Partie IV : Réception de l’intimité

La chanson d’amour, l’émotion, l’idée : éléments de dramaturgie métaphysique.

Stéphane Chaudier, Université de Saint-Étienne

La chanson qui nous point et celle qui nous étoile.

Stéphane Hirschi, Université de Valenciennes

Du rapport texte/musique à la relation auditeur/œuvre.

Fabien Rouan, Université Rennes II

 

Partie V : Le collectif face à la diversité des medias

La chanson comique et les personnages du music-hall.

Mat Pirès, Université de Franche-Comté

De l’influence du medium cinématographique sur le statut de la chanson

Marie Cadalanu, Université de Caen

J’ai rencontré Philippe Meyer : dans l’intimité de l’émission La prochaine fois je vous le chanterai…

Brigitte Buffard-Moret, Université d’Artois

Les chansons comme voies/voix d´expression des tensions entre l´intime et le collectif dans le film en chanté Jeanne et le garçon formidable (1998).

Renaud Lagabrielle, Université de Vienne (Autriche)

**********************************************************

Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots : de la création à la réception

Directeur : Brigitte Buffard-Moret

Parution : Décembre 2015
Édition : Artois Presses Université
Collection : Études linguistiques
ISBN : 978-2-84832-221-6
Dimensions : 16×24 cm, 240 pages
Prix : 22 €

« Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église », dit le Christ dans l’Évangile de Saint-Mathieu ; « Fiel ! mon zébu ! », s’exclame Madame de Perleminouze dans Un Mot pour un autre de Tardieu ; « Il a du bobo, Léon ; il porte un bandeau, Léon », chante Boby Lapointe. Qu’ont en commun toutes ces citations ? d’être fondées sur des bons mots, des jeux de mots ou des jeux sur les mots.

Les uns et les autres sont de tous les temps, de tous les pays, de tous les types d’écrits et de discours. Ils sont présents sur la scène politique comme sur celle du théâtre, dans la publicité comme dans la grande littérature, au cœur des chansons comme dans le champ de la psychanalyse. Boutade, mot d’esprit, calembour, charade, mot-valise, rime, anagramme, contrepèterie, « antistrophe » en sont autant de déclinaisons, et la liste est loin d’être close.

Comment fonctionnent-ils ? Peuvent-ils passer d’une culture à une autre, d’une langue à une autre ? Pourquoi joue-t-on ainsi avec les mots ? Pour faire rire ou pour séduire ? à dessein ou malgré soi ? Autant de questions qui intéressent de nombreux domaines – linguistique, stylistique, traductologie, psychanalyse –  et qu’explorent les articles de ce recueil croisant les points de vue de divers spécialistes, qui ont tous en commun leur amour des mots et des jeux qu’ils permettent.

Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots

 

*************************************************************************************************************************

 

Philippe Jousset (dir.), L’Homme dans le style, et réciproquement, Novembre 2015, PUP, coll. « Textuelles »

On connaît la formule de Buffon à cause de son immense fortune et des interprétations contradictoires dont elle a été l’objet : « Le style est l’homme même ». Comment l’entendre ? Les contributions réunies dans L’homme dans le style, et réciproquement cherchent, à partir de réflexions théoriques et d’études de cas, à explorer certains aspects de cette vaste question. Pour mener cette enquête, la plupart des auteurs ont choisi de privilégier la notion d’ethos, héritée de la rhétorique antique, qui désigne le caractère, l’état d’âme, la disposition psychique que transmet, intentionnellement ou à son insu, celui qui parle ou écrit à travers son dire : l’« image » qu’il façonne de lui-même dans la matière du discours. Cette vieille notion remise à l’honneur au vingtième siècle permet de reconsidérer cette chimère d’homme et d’expression qu’est tout texte, c’est-à-dire les rapports du Sujet, toujours problématique, et du Texte en tant que celui-ci passe pour l’expression de ce Sujet.

Table des matières :

Avant-propos, « Style, mon beau souci… »

En guise de hors-d’œuvre : « L’œuvre ou la vie ? »

I. GENERALITES

Philippe Jousset, « Autour de la notion d’ethos. Un état des lieux »

Bruno Viard, « La différence qualitative sous les tirs croisés de la sociologie et de la psychologie (Bourdieu, Girard, Paul Diel) »

Stéphane Gallon, « Hugo, Stendhal. Style or not style ? That is the question »

Philippe Jousset, « Le style zéro ? Une conception marivaudienne du style »

Stéphane Chaudier, « Réflexions sur le style compliqué : Barthes »

 II. CAS d’ETHOS en LITTERATURE MODERNE

 Lucien Victor,  « Sur deux passages de L’Etranger. Pour une stylistique de Camus »

Meriem Ahmed, « André Gide : d’un éthos à l’autre ou Entre Apollon et Dionysos »

Abdelhamid Bougatf, « Le style simple dans Une vie ordinaire de Georges Perros »

Injazette Bouraoui Mabrouk, « Ethos et Style : Henri Michaux ou L’avènement du sujet précaire »

Mustapha Trabelsi, « Style et ethos dans la littérature contemporaine. La Place d’Annie Ernaux »

Saïda Arfaoui, « Le style « à-pic » de Pascal Quignard : Une expérience du vertige originaire »

 III. ETHOS CONTEMPORAIN, ETHOS EXPERIMENTAL

Soumaya Zroud, « Je suis l’autre ou L’Ethos chez Gérard Macé »

Henry Hernández Bayter, « Les Colombiens, les groupes armés illégaux et moi (Alvaro Uribe Velez). Construction d’ethos dans le discours de conseils communaux »

Joël July, « Que reste-t-il de nos ethe ? »

Anna Arzoumanov, « De l’art ou du cochon ? » Controverses sur le style de Marcela Iacub

Nathan Bennett, « L’ethos du mécanicien : pratiques artisanales et pratique littéraire dans Mécanique de François Bon »

Laurence Rosier, « L’éthos sur Facebook : l’autofiction en interaction »

**************************************************************************************************************************

 

La traditionnelle journée d’agrégation organisée par l’UFR de Langue française de Paris-Sorbonne a eu lieu le 7 novembre 2015 et les actes sont en vente aux PUPS.

Pour en voir le programme et le contenu : http://pups.paris-sorbonne.fr/catalogue/litteratures-francaises-comparee-et-langue/styles-genres-auteurs/styles-genres-auteurs-15

******************************************************************************************************************************
http://pratiques.revues.org/2374

PRATIQUES 165-166 | 2015

Étudier les figures en contexte : quels enjeux ?

Sous la direction de Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan

 

Couverture Pratiques 165-166

 

Dans la dynamique des travaux qui ont conduit ces dernières années à repenser le champ des figures du discours, parmi lesquels on peut citer ceux de C. Détrie en praxématique, ceux de M. Bonhomme en pragmatique, ou encore ceux d’A. Rabatel abordant les figures en termes de point de vue, nous souhaitons poursuivre l’analyse discursive des figures en posant la question de leur contextualisation. Les articles réunis dans ce numéro, relevant d’approches linguistiques et théoriques diverses, sont des études de corpus et partagent l’attention au contexte dans l’analyse des figures du discours. Ces articles proviennent d’une sélection de communications présentées lors du colloque Figures du discours et contextualisation (Nice, 3-5 octobre 2013), enrichie de trois articles inédits, dont deux à visée didactique. Le présent numéro se donne pour objectif de faire dialoguer ces différentes approches en soulignant ce que ce dialogue apporte à l’étude des figures en contexte.


 ****************************************************************************************************************************

RIDHA BOURKHIS :

triompher du vent

modifier la teinte du jour

 « L’autre été, t’en souviens-tu ?, tu étais jeune et sous tes cheveux bouclés germaient mille illusions multicolores. J’étais belle et éprise, révoltée et tenace, plus fiable et sûre que toutes tes chimères, une jument splendide et fière sur les sables ou une lune dans la paume de ta main. Je t’ai abrité dans mes cils et baisé tes yeux… »

(195 pages, format 14X21, Illustration de la couverture : peinture de Najoua Bel Fekih Ghannouchi, Juillet 2015 ,

ISBN 978-2-35759066-3,Prix : 19 Euros)

C’est un livre qui réunit, en deux volets complémentaires, des Textes poétiques et des textes sur certaines notions comme « lapoéticité », « le régime de littérarité » « le lyrisme », « l’émotion », « L’image » ou encore « le rythme » ; des notions cardinales examinées ici en s’appuyant sur les théories de Roman Jakobson ou de Georges Molinié et à travers la poésie de Lionel Ray, Patrick Navaï, Pierre Reverdy, Mahmoud Darwich, Jean-Michel Maulpoix, Michel Collot, Arthur Rimbaud, Nizar Quabani, Mario Scalési, Georges Schehadé, Belgacem Ecchebbi, Marielle Ansalmo et Laurence Bougault. Des réflexions sur les Textes de ces poètes marquants, mais aussi des entretiens avec certains parmi eux qui, pour parler de cet art poétique qui est le leur, savent trouver les mots qui sonnent juste et qui sonnent vrai. Bonne lecture !

 

POUR TOUTES COMMANDES s’adresser à :

Editions AlfAbarre

24 rue le Brun

75013 Paris

FRANCE